fbpx

Bye bye le gras

Enfin un accompagnement personnalisé et bienveillant pour perdre du poids efficacement et durablement

Les régimes ne fonctionnent pas

Le cerveau est programmé pour lutter contre les régimes.

Trop se restreindre équivaut pour notre cerveau à un épisode de famine. Ainsi, dès que les stocks de graisse sont mobilisés, il met en place une réponse structurée et imparable, ce qui explique le taux d’échec de près de 100% des régimes trop restrictifs : au bout de 3 ans, 95% des femmes et 99% des hommes qui ont suivi un régime très restrictif auront repris tout le poids perdu.

Ça fait combien de temps que vous essayez de perdre du poids ?

Plusieurs mois ?

Un an ?

(Plus ?)

Et quels sont vos résultats ?

Si vous lisez ces lignes, je parie que vous n’avez pas encore atteint votre objectif.

Et pourtant, ce n’est pas l’information ni les produits qui vous manquent. 

Le web et les médias regorgent de méthodes, de recettes, d’articles, de vidéos et de produits divers (livres, applications, gélules, crèmes…) englobant toutes les façons possibles et imaginables de perdre du poids. 

Tous les jours, vous voyez sur les réseaux sociaux des exemples de femmes qui ont réussi à perdre 10kg, 20kg, 30kg… et qui vivent désormais leur « meilleure vie ».

Tous les jours, vous vivez avec cette envie de perdre du poids et cette aspiration à un mieux être pourtant, peu importe les sacrifices que vous faites, rien ne se passe… 

Ça ne vous semble pas bizarre ?

D’un côté, vous avez accès à une infinité de conseils, d’outils et d’exemples… mais de l’autre, vous n’arrivez pas à perdre un seul kilo. 

Plus vous recevez d’informations sur comment perdre du poids, moins vous savez quelle est la meilleure méthode pour vous. 

Vous vous demandez peut-être si le problème vient de vous… 

Et chaque échec mine votre moral et entame un peu plus votre confiance en vous…

Il va falloir changer quelque chose…

Les régimes sont une fausse bonne solution. Vous le savez, vous l’avez vécu, vous le vivez peut-être même encore maintenant.

Pourquoi ? Parce qu’ils sont tous pensés comme un état transitoire. Tous nous vendent l’illusion que si vous faites des efforts, des sacrifices, et parfois des gros, sur une période donnée, vous pourrez revenir à vos bonnes vieilles habitudes, comme si ce n’était pas elles qui vous avaient menée là en premier lieu…

De plus, les régimes sont une belle arnaque : ils vous vendent tous l’idée de « manger moins » pour perdre du poids alors qu’il ne s’agit pas de ça ! Ce n’est pas une question de quantité mais de calories.

Et ceci est sans compter que les régimes sont dangereux : en effet, « manger moins » mène facilement à ne plus manger assez…

En effet, les apports alimentaires journaliers ne doivent pas être inférieurs au métabolisme de base calculé avec votre poids actuel (en gros, c’est la dépense d’énergie minimum quotidienne permettant à l’organisme de survivre). Malheureusement, beaucoup de régimes sur le marché ne se préoccupent pas de ça… Avec toutes les conséquences néfastes que cela peut entraîner (notamment le mode famine, nous allons y revenir).

Et on occulte ainsi la vraie source du problème, vous privant par la même occasion de toutes possibilités d’y apporter une vraie solution : ça ne se passe pas que dans l’assiette !

Soyons clairs

Il n’existe qu’une et une seule façon de perdre du poids : le déficit calorique modéré, tous les jours, jusqu’à obtention du poids désiré.

Notre corps a ses propres règles. On ne peut pas les ignorer. Il faut les respecter pour espérer perdre du poids de manière durable.

Pour l’organisme, toute perte de poids brutale est une menace et le corps est génétiquement armé pour défendre ses réserves de graisses. Ainsi, s’affamer pour perdre 10kg en 1 mois ne sert à rien car dès lors que notre cerveau constate une famine, cela provoque une myriade de réactions en chaîne.

Quand il se sent menacé, l’organisme se met tout d’abord à économiser de l’énergie pour assurer ses fonctions vitales afin de faire au mieux avec moins.

Par ailleurs, l’organisme s’arrange aussi pour augmenter ses entrées caloriques et donc nous faire manger. Cela passe par l’altération de la sécrétion de deux hormones. D’un côté, la concentration sanguine en leptine, une hormone qui inhibe l’appétit, chute, retardant la sensation de satiété alors que de l’autre, le taux de ghréline, une hormone qui stimule l’appétit, augmente, ce qui se traduit par une sensation de faim permanente.

De plus, les capteurs qui renseignent le cerveau sur l’étirement de l’estomac sont « débranchés » et la sensation de satiété s’en retrouve altérée.

Enfin, après un régime restrictif, la réponse de notre cerveau aux stimuli alimentaires se modifie dans un sens à augmenter profondément l’appétit, créant un état de « voracité psychique » : nous devenons d’une part plus sensibles aux stimuli alimentaires tandis que d’autre part, notre cerveau voit ses capacités de résistance décroître, nous rendant de moins en moins apte à résister aux tentations alimentaires de notre environnement.

En d’autres termes, après avoir vécu l’agression brutale d’un régime restrictif, notre organisme organise méthodiquement les conditions d’une reprise pondérale rapide en s’assurant que nous ayons constamment faim, que nous mangions au-delà de toute normalité, que nous subissions d’intenses crises de fringale, que nous ressentions une attirance irrépressible pour les aliments « interdits » et que la vue de la moindre croûte de pain mette notre volonté au supplice.

Et ces mécanismes sont persistants tant que les stocks de graisses n’ont pas été reconstitués ! Ainsi, peu importe combien vous perdrez, vous serez amenée à tout reprendre.

Il ne faut donc surtout pas déclencher tout ça si vous souhaitez perdre du poids définitivement et arrêter le fameux effet yo-yo.

Par conséquent, perdre du poids prend du temps. Le bon rythme est de perdre entre 500g et 1kg max par semaine. Par exemple pour perdre 20kg, cela correspond à 40 semaines environ, c’est-à-dire 9 mois. A titre personnel, j’ai perdu 20kg en 10 mois. C’est long mais quand les choses sont bien faites, plus besoin de les refaire : ça fait plus de 3 ans que je n’ai rien repris 🙂

C’est notre impatience à vouloir des résultats rapides qui nous dirige à chaque fois vers un échec certain dans le domaine de la perte de poids. Parce qu’on ne veut pas subir de restrictions et donc, on ne souhaite jamais les “subir” trop longtemps. Et peu importe la motivation, elle disparaîtra toujours avant que vous ayez atteint votre objectif final.

Il est donc peut-être temps de faire table rase de tout ce que vous savez sur la perte de poids…

Vous entrevoyez qu’il est crucial de changer les moyens que vous mettez en œuvre pour perdre du poids.

En effet, si vous souhaitez des résultats différents, il va falloir faire… différemment !

Ainsi, l’enjeu n’est pas de tester votre tolérance aux sacrifices mais de consacrer une petite partie de votre énergie quotidienne à mettre en place de nouvelles bonnes habitudes qui travailleront pour vous à la réalisation de votre objectif, au fur et à mesure que le temps passera.

L’idée est de sortir de cette culture de l’échec en éradiquant le problème à la base : les frustrations.

Pour cela notre corps nous présente un gros avantage : peu importe pour lui d’où viennent les calories (salade ou junk food). Une calorie est une calorie. Du moment qu’à la fin de la journée, vos entrées caloriques sont inférieures aux sorties, vous perdrez du poids.

Ce qui nous laisse une sacrée soupape de décompression ! Oui, on peut maigrir en mangeant du brownie ou du McDo. Mais vous me voyez venir… pas tous les jours !

Et ça tombe bien, parce qu’on est humain. On a besoin de temps en temps de manger une barquette de frites, un burger ou de se servir une part de ce gâteau au chocolat qui a l’air tellement délicieux. L’idée importante ici est de savoir arbitrer. Je ne le savais pas avant de perdre du poids mais ce qui est cool est que ça s’apprend 🙂

Mais le luxe surtout ici est de pouvoir décompresser tout en continuant de perdre du poids. Parce que maigrir ne se passe pas que dans votre assiette, ça se passe aussi (et beaucoup) dans la tête !

… Et de commencer à procéder différemment pour enfin perdre du poids

Dans la conscience collective, régime = restrictions, privations.

Or, restrictions, privations = frustration = démotivation = échec.

Vous voyez bien que cette équation est perdante. Ne vous engagez donc pas dans cette voie. Vous perdrez juste confiance en vous, voire de l’estime de vous. Et vous valez mieux. Vous méritez mieux. 

Ce n’est pas en faisant un régime que vous perdrez du poids. On perd du poids durablement en mangeant de TOUT car il n’y a pas de mauvais aliments, que des mauvaises quantités.

Mais surtout, on perd du poids définitivement en tenant compte de ses émotions. Perdre du poids se passe autant dans la tête que dans l’assiette.

Nos émotions ne sont certainement pas nos ennemis. Elles nous enseignent qui nous sommes et ce qui est important pour nous. Elles nous donnent aussi l’opportunité de cibler un problème et de pouvoir y apporter une solution. Il est temps de commencer à les considérer comme une bénédiction et non plus comme la cause de tous nos soucis car elles « nous font manger ».

Ne laissez plus la nourriture avoir du pouvoir sur vous. Pour avoir des résultats à long terme, il est important de redéfinir sa relation à la nourriture et de briser cette relation de dépendance affective que la vie a pu créer, en construisant votre propre autonomie affective.

Rentrer dans un 36 ou un 38 fera vous sentir mieux. C’est certain si c’est ce que vous souhaitez. Mais ça ne fera certainement pas disparaître les problèmes ou les épreuves de votre vie.

Ce n’est pas parce que vous aurez un IMC dans les clous que votre vie sera plus belle. Elle sera plus belle parce que tous les jours, VOUS ferez en sorte qu’elle le soit.

Il est temps de travailler intelligemment et de faire en sorte que chaque effort compte

Vous avez un objectif — un poids que vous souhaiteriez atteindre, un nombre de kilos que vous souhaiteriez perdre — mais aucune stratégie claire sur comment l’atteindre.

Simplifions les choses ensemble et accordons nous sur une stratégie qui fonctionne.

Des « meal plans »

Au niveau de l’assiette, je travaille avec des « meal plans » (plannings repas), sur mesure, c’est-à-dire selon vos goûts, à suivre chaque semaine pour être sûre d’avoir un déficit calorique quotidien menant à une perte de poids stable et durable. Il s’adapte bien sûr à vos contraintes, et gros avantage : vous mangerez de tout !

Des recettes​

Les repas composant ces meal plans sont élaborés à partir de recettes personnelles, bonnes et surtout faciles à réaliser. Il vous faudra cuisiner mais pas besoin d’être un grand chef ! J’ai élaboré ces recettes afin de pouvoir manger des quantités suffisantes à chaque repas, sans craindre les fringales et sans compromettre le goût bien sûr. Gourmandise et équilibre assurés.

La liste des courses

Afin de continuer à simplifier les choses, je vous fournis également la liste des courses de la semaine. Elle correspond aux recettes de la semaine et toutes les quantités sont déjà calculées. Libérez votre esprit de cette charge pour mieux vous concentrer sur votre bien être !

Un coaching hebdomadaire

A tout cela, j’ajoute un coaching par téléphone ou en ligne d’une heure chaque semaine pour vous aider à mettre en place et tenir le plan alimentaire. L’idée est de faire disparaître les difficultés au fur et à mesure qu’elles apparaîtraient.

Faisons en sorte qu’il y ait le moins de friction possible entre la mise en place de vos nouvelles habitudes et l’atteinte de vos résultats !

L’enjeu ici est de se forger de nouvelles bonnes habitudes de sorte que plus le temps passera, plus vous perdrez de poids. Le temps jouera avec vous et non plus contre vous.

Ce que je vous propose dans un premier temps et complètement gratuitement

Vous l’aurez compris, je propose du sur mesure, parce que chaque personne est unique !

J’ai donc besoin d’apprendre à vous connaître. Je pars de vous et uniquement de vous pour pouvoir vous accompagner au mieux.

Pour ce faire, vous pouvez tout d’abord remplir ce formulaire en ligne. Prenez le temps de bien répondre, ça m’aidera beaucoup et promis, c’est totalement gratuit !

Pourquoi remplir le formulaire

Ensuite, je vous ferai un retour par mail. Selon ce qu’il en ressortira, je vous proposerai de faire un bilan ensemble par vision conférence (à nouveau totalement gratuit).

Et c’est seulement après ce bilan que vous prenez la décision (ou pas) de vous lancer. Je ne vous forcerai jamais à rien car cela doit vraiment venir de vous si vous voulez que ça marche.

Ce que contient l’accompagnement bye bye le gras

Pour perdre du poids définitivement, il faut à mon sens travailler sur 3 axes : l’assiette bien sûr, mais aussi la tête et le corps.

Au niveau de l’assiette, c’est assez facile à comprendre. Comme je l’ai déjà expliqué plus haut, il faut un déficit calorique quotidien pour perdre du poids. Ce sera donc notre principal objectif de moyens.

Pour ce faire, je vous enverrai chaque semaines des « meal plans » (plannings repas) car ils sont un très bon moyen de s’assurer d’avoir un déficit calorique modéré quotidiennement. En étant sur mesure, ils sont aussi un très bon moyen pour associer plaisir de manger avec atteinte de son objectif.

Ceci étant dit, le but est également que vous ne repreniez pas ce que vous aurez perdu. Le meilleur moyen pour ça selon moi est d’acquérir une « conscience alimentaire ». Nous profiterons donc du temps de la perte de poids pour acquérir cette conscience alimentaire.

Qu’est-ce que j’entends par là ? Au même titre que vous savez combien coûtent à peu près les choses que vous consommez au quotidien, vous allez apprendre « combien coûte » pour votre corps ce que vous mangez. En sachant mettre un prix sur un objet, vous savez si vous pouvez vous le payer. Ce sera pareil avec les aliments. L’idée est de penser notre dépense énergétique journalière comme un budget qu’il va falloir apprendre à gérer au quotidien.

Au niveau du corps, je vais commencer par vous faire une promesse : pas d’obligation de faire du sport avec moi ! Ou en tous cas, pas tout de suite 😉

Je m’explique : quand vous avez 20, 30 ou 40 kg à perdre, c’est comme si vous vous déplaciez tous les jours avec un sac à dos de 20, 30 ou 40 kg sur le dos. Et donc, vous demander de courir, sauter, faire des pompes, que sais-je avec ça sur le dos, je trouve cela plutôt contre-productif. Parce que d’une part, ça ne fait pas envie, et d’autre part, ça véhicule encore l’idée qu’il faut souffrir pour être belle, que dans la vie on n’a rien sans rien et honnêtement, je ne pense pas que ce soit vrai. Par exemple, j’ai perdu 11 kg sans faire de sport, c’est donc tout à fait possible.

Ceci dit, je reste persuadée que la vie est dans le mouvement. Ainsi, je vous inviterai à commencer vos journée par quelques minutes d’étirements, tout comme à marcher et prendre les escaliers quand vous le pourrez. Ça vous aidera beaucoup à vous reconnecter à votre corps, à vos sensations. Ça vous laissera également l’opportunité de prendre le temps de choisir un sport qui vous plaît et qui convient à votre rythme et votre emploi du temps. Et quand l’énergie, l’envie de bouger apparaîtra, ce sera le moment de vous tourner vers le sport. Mais chaque chose en son temps.

Au niveau de la tête enfin, nous allons travailler votre état d’esprit. En effet, aucun objectif n’est atteignable sans le bon état d’esprit. Nous allons donc faire un peu de développement personnel et travailler sur vos valeurs, la prise de décisions, la communication (surtout avec vous-même) et surtout, démolir certaines croyances limitantes que vous pourriez avoir sur vous ou sur la nourriture. Je vous fournirai quelques petits exercices que vous pourrez faire à votre rythme et on débriefera pendant les coachings hebdomadaires.

Les coachings hebdomadaires seront le moment privilégié de la semaine pour faire le point de la semaine passée et pour envisager plus sereinement la semaine à venir. Ce sera l’occasion de mentionner les difficultés qui pourraient se présenter à vous (qu’elles surviennent au niveau de la tête ou de l’assiette), pour travailler à les réduire voire les faire disparaître.

Enfin un accompagnement personnalisé et bienveillant pour perdre du poids efficacement et durablement

Accédez à :

Accompagnement 100% à distance

Ma triple garantie

Ce programme est fait pour vous si :

Ce programme n'est pas fait pour vous :

Vos alliés dans cette quête de changement :

Qui suis-je ?

Je m’appelle Audrey, la trentaine, parisienne.

Avant, j’étais juriste. Tous les jours, j’envisageais le pire de chaque situation pour rédiger toutes sortes de documents pour des clients. Jusqu’au jour où je me suis rendue compte à quel point ça me rendait pessimiste et malheureuse.

Je stressais souvent et donc je mangeais pour me relâcher les nerfs. Non, je ne fumais pas, ni ne buvais d’ailleurs, mon truc c’était manger. Moins je faisais ce que j’aimais, simplement pour faire plaisir aux autres, plus je mangeais. Et plus je mangeais, plus je grossissais. Plus je grossissais, plus je me détestais… Je détestais la vie que je menais mais aussi la personne que je devenais.

J’ai fini… en thérapie.

Ça a l’air nul dit comme ça mais c’est la meilleure chose qui me soit arrivée. Depuis lors, j’ai appris à me respecter et à prendre soin de moi. Ça ne résout pas tous les problèmes mais je suis beaucoup plus heureuse aujourd’hui.

Eh oui, parce que quand j’ai voulu perdre du poids, peu importe combien vous êtes motivée et que vous désirez que l’extérieur corresponde à ce qu’il se passe à l’intérieur, ça reste un vrai chantier auquel il faut s’atteler.

Mon accompagnement, ma « méthode », je l’ai développée sur moi. J’ai perdu 20kg sur 10 mois et 10 mois, c’est long. Il m’a donc fallu apprendre à travailler sur du long terme. Mais je suis tellement contente du résultat et de m’être donné la peine de l’atteindre !

Aujourd’hui, je me sens tellement mieux dans mon corps et suis tellement plus à l’aise avec mon image ! Et cerise sur le gâteau : ça fait plus de 3 ans que je n’ai rien repris 🙂

Honnêtement, il n’y a rien de facile à perdre du poids. Mon service est simplement l’aide que j’aurais aimé recevoir à ce moment pour rendre les choses plus simples.

Je suis très contente d'avoir tenté l'aventure avec Audrey parce que maintenant, je n'ai plus le poids de mon poids sur la tête ! Je ne me sens plus lourde (alors que je mange !) Je suis bien dans mes vêtements, j'ai compris qu'avoir un peu faim n'est pas grave, que rien n'est interdit, tout est question de quantité. J'ai aussi beaucoup réduit ma dépendance affective à la nourriture et ça c'est inestimable.
Estela
RH

Maintenant, parlons franchement

Vous souvenez-vous où vous étiez l’année dernière ? Vous y êtes ? Bien.

Combien pesiez-vous ?

Et aujourd’hui ? L’évolution de votre poids prend-t-elle la bonne direction ?

Si oui, je vous félicite ! Je me réjouie sincèrement pour vous car je sais ce que ça représente. Vous avez certainement mis en place des choses qui fonctionnent pour vous, ne lâchez rien maintenant, même si les progrès sont lents. Un progrès est un progrès et vous pouvez être fière de vous !

Si ce n’est pas le cas, je suis désolée de l’apprendre. Et je suis désolée de remuer le couteau dans la plaie mais si vous ne changez rien aujourd’hui, pensez-vous que vous obtiendrez des résultats différents dans 1 an ? Voulez-vous vraiment vous trimbaler cette souffrance encore toute une année ? Voire 2 ? 5 ?

Vous voyez où je veux en venir et j’espère que vous m’excuserez d’être aussi directe mais je souhaite que vous preniez la meilleure décision pour vous.

La nourriture n’est pas la solution, vous le savez.

Alors il est temps de travailler intelligemment, de faire en sorte que chaque effort compte, de mettre en place un système qui travaillera avec vous et non plus contre vous.

Il est temps d’arrêter de vous battre contre vous et de commencer à vous battre POUR vous.

Questions / Réponses

J’ai tout essayé, ça marchera sur moi ?

Oui ! Parce que nous aurons fait un bilan préalable et que je n’accepterai pas de vous accompagner si je ne peux pas vous aider. En effet, il est une vérité : je ne peux pas aider tout le monde mais si je le peux, alors je fonce ! Même si vous resterez la personne qui effectuera le plus gros du travail 😉

J’ai peur de ne pas tenir, de ne pas y arriver…

N’ayez crainte ! Nous allons faire en sorte qu’il y ait le moins de contraintes possibles pour vous afin de ne pas générer de frustrations et de tenir sur le long terme. Il y aura certes de nouvelles habitudes à mettre en place mais nous le ferons avec le moins de friction possible.

Quand vous parlez de « long terme », qu’est-ce que vous entendez par là ?

Il faut considérer ici deux aspects dans le processus de perte de poids : la période de la perte de poids en elle-même et la période ensuite.

Par rapport à la perte de poids en elle-même :

Une perte de poids sans aliments interdits et sans sensation de faim (c’est-à-dire avec un déficit calorique modéré) représente un rythme de 2kg perdus par mois en moyenne. Ainsi, 20kg se perdent en 10 mois voire 1 an, 30kg en 15 mois en moyenne et 40kg en 20 mois c’est-à-dire presque 2 ans. Vous pouvez constater que les délais sont longs. C’est pourquoi il est important de mettre en place un rythme et des habitudes pas trop contraignants, voire pas contraignants du tout, pour pouvoir tenir aussi longtemps. Exit aussi la faim et les frustrations 😉 Personnellement, j’ai veillé à avoir un déficit calorique quotidiennement (ou presque) pendant 1 an pour perdre 20kg et si j’ai pu le faire, vous le pouvez aussi car je n’ai disposé de rien de plus que vous pour atteindre cet objectif. Je suis humaine comme vous, je n’ai pas de supers pouvoirs bref, c’est un objectif que vous pouvez réaliser autant que moi ! La première étape : croire en soi, en sa capacité d’apprendre et d’avancer 🙂

Par rapport à la période suivant la perte (c’est-à-dire de la fin de la perte jusqu’à la fin de votre vie – je ne plaisante pas), l’idée ici est que vous ne repreniez jamais le poids perdu. Une fois les efforts faits, il faut en profiter ! 😉 Je souhaite que vous envisagiez une perte définitive et que vous laissiez derrière vous tout ce qui vous empêchait d’être pleinement vous. Vous avez le droit d’être heureuse, d’être pleinement vous, de vous assumer : vous le méritez ! Pour cela, je vous donnerai une série d’outils qui mis en pratique devraient vous aider dans cette voie. Nous visons une transformation, pas une transition.

Je vois que votre accompagnement dure 6 mois et qu’en 6 mois, nous allons perdre 10-12kg environ. Et si je dois perdre plus ? Je dois payer un accompagnement tous les 6 mois ?

Dans l’absolu, je dirais non parce que je ferai en sorte que vous ayez tous les éléments en main au bout de ces 6 mois pour que vous puissiez poursuivre en toute autonomie jusqu’à obtention du poids désiré. Après, il se peut que vous souhaitiez poursuivre mais ce sera à votre entière discrétion. Cette expérience est entièrement basée sur votre implication personnelle, il est donc primordial que vous ne vous sentiez forcée en rien. Aussi, sachez que je resterai disponible par mail ou Whatsapp, voire par téléphone si besoin, après la fin de votre accompagnement si vous avez encore des questions.

Vous nous parlez de déficit calorique, cela veut-il dire que je dois compter mes calories ?

Non mais vous allez apprendre. Cela fait partie de l’acquisition de votre « conscience alimentaire ». C’est selon moi la meilleure façon de savoir si on est sur la bonne voie, si l’on abuse, ou pas. Rappelez-vous, les aliments représentent de l’énergie et nous avons un budget quotidien à ne pas dépasser. Pendant le temps de l’accompagnement, je m’en occuperai pour que vous puissiez dédier votre énergie à d’autres choses. Mais si vous souhaitez perdre du poids durablement, c’est une compétence qu’il va falloir acquérir. Ne vous inquiétez pas, ce ne sera pas compliqué, je suis là pour vous aider. C’est à mon sens une étape essentielle vers votre autonomie.

Vous travaillez avec des « meal plans » mais tout planifier comme ça, ce n’est pas un peu rigide ?

Comme toutes choses, cela comporte des avantages et des inconvénients. Mais selon moi, les avantages surpassent largement les inconvénients, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai fait ce choix. Le fait de tout planifier peut sembler « prise de tête » mais quand vous voyez sur une seule feuille A4 tout ce que vous allez manger dans la semaine, déjà le manque se fait moins sentir. C’est aussi une manière certaine d’avoir un déficit calorique quotidien et de perdre du poids. De plus, en rationalisant les repas, cela évite de trop acheter et donc l’éventuel gâchis alimentaire. Les journées restent interchangeables et les horaires sont purement indicatifs. Ainsi par exemple, si vous avez faim à 11h et souhaiter manger la banane de votre lunch box en avance, il n’y a pas de souci ! Vous pouvez aussi la garder pour votre pause de l’après-midi si vous n’avez plus faim après votre déjeuner. C’est vous qui gérez pour la journée. Nous pouvons aussi prévoir une collation l’après-midi tout en conservant le déficit calorique. Nous pouvons prévoir un Kinder Bueno pour décompresser tous les après-midi si vous le souhaitez, conserver le déficit et continuer à perdre du poids ! Car c’est en comptant que je me suis rendue compte de toute la marge de manœuvre dont je disposais. Et vous pouvez en disposer aussi ! J’aime les meal plans car ils nous permettent de travailler intelligemment.

Que se passe-t-il si je pars en vacances pendant la durée de l’accompagnement ?

Dans la mesure où nous travaillerons de manière personnalisée, tout dépendra de la forme de vos vacances ou de vos envies. Je m’adapte ! Nous pouvons tout à fait faire une pause pendant 1 ou 2 semaines et voir comment cela se passe. Nous décalerons alors d’autant la date de fin de votre accompagnement.

Ceci dit, il y aura tout de même quelques bases simples à ne pas perdre de vue, même lorsque l’on est en vacances et que l’on souhaite en profiter 😉

Par contre, si je peux formuler une suggestion : évitez de partir en vacances 2 semaines après avoir débuté l’accompagnement, il y a tout de même besoin d’un peu de temps avant de fixer ces quelques bases qui vous permettront d’évoluer avec un peu d’autonomie.

Vous nous dites qu’il faut cuisiner. Et si je ne cuisine pas ?

J’insisterai vraiment sur ce point : moins vous passerez de temps ou dédierez d’énergie à ce qu’il se passe dans votre assiette, plus vous le paierez au niveau de votre poids. Il ne s’agit pas ici de devenir un grand chef mais d’apprendre à prendre soin de soi, un repas à la fois. Ne pas cuisiner, cela revient vite à consommer de la nourriture transformée (industrielle) qui est vite plus calorique vu tous les ajouts faits pour que ce soit goûteux après juste un passage de quelques minutes au micro-ondes. Et plus de calories pour une même quantité (voire moindre), cela va à l’opposé de notre objectif de créer un déficit calorique régulièrement. Ceci dit, il y a d’autres leviers que l’on peut actionner pour créer un déficit quotidien. Mais entre cuisiner un bon petit plat facile et faire des pompes ou courir je ne sais combien de kilomètres, honnêtement mon choix est vite fait 😉

Si tous nos repas sont planifiés, faudra-t-il que j’amène ma lunch box au boulot ?

Non, pas nécessairement, tout dépendra de vos habitudes. Je m’explique : si par exemple vous avez l’habitude de manger japonais le mardi, il est tout à fait possible de l’inclure dans le meal plan et donc de ne pas changer cette habitude. Si vous disposez d’un restaurant d’entreprise, il sera facile de mettre en place des petites règles simples. L’idée dans cet accompagnement est de partir de vous et « d’améliorer l’existant ». Tout se discute !

Et si j’ai des enfants ?

Pas de souci encore, je m’adapte ! Je peux prévoir des quantités pour 1 personne si vous vivez seule, pour 2 si vous vivez en couple, pour 3-4-5… selon le nombre d’enfants que vous avez. Et bien sûr, j’établis la liste des courses en conséquence.

Si on n’est pas obligé de faire du sport et que l’on va manger de tout, qu’est-ce que vous entendez par faire des efforts ?

Tout d’abord, cuisiner reste du travail selon moi même si on le fait de manière habituelle. De manière générale, vous allez dédier de la bande passante à ce qu’il se passe dans votre assiette. Et puis je vais aussi vous enseigner un certain nombre de choses en cours de route. Il faudra donc dédier un peu de temps à quelques exercices et essayer de les faire sérieusement. Ceci étant dit, perdre du poids reste une aventure que l’on vit chacune à sa façon. Ainsi, cela demeure surtout un investissement émotionnel : revoir sa relation à la nourriture, au manque, à la faim, apprendre à se faire confiance, à se dire non, remettre certaines croyances en question, travailler des bénéfices futurs…

L’idée est qu’il va falloir apprendre à faire ce que les gens qui ont un poids régulé savent faire spontanément. Mais une fois que c’est appris, c’est su, c’est bon ! 🙂

Et si je veux juste perdre du poids sans travailler mon état d’esprit, me remettre en question ?

S’il y a bien une chose que j’ai comprise en perdant du poids est que ça se passe autant dans la tête que dans l’assiette. Ainsi, ignorer une partie du problème ne vous aidera pas à obtenir des résultats durables. Après tout, si tout ce que vous avez fait jusque là ne vous fait pas obtenir les résultats espérés, il est temps de faire autrement ! Vous ne pouvez pas continuer de faire toujours les mêmes choses et espérer des résultats différents… D’autant plus que la façon dont on se nourrit est le reflet de la relation profonde que l’on a avec soi, et une phrase que je me répète souvent le résume très bien : chaque fois que je mange, je vote pour la personne que je serai dans le futur. C’est pourquoi je n’envisage pas de faire les choses autrement. Si votre poids est un problème, je veux que nous y apportions une solution concrète et durable.

Faudra-t-il se peser ? A quelle fréquence ?

Oui car si l’on veut s’assurer qu’un objectif est atteint ou avance, il faut le mesurer ! L’idée ici est d’essayer de se peser tous les jours ou presque afin de faire de la pesée un geste banal et habituel. J’aimerais vous apprendre à mettre de la distance par rapport à ce chiffre : c’est juste un outil dont on va se servir. Il ne peut donc être une référence, et certainement pas vous définir car cette mesure prise de manière isolée ne veut rien dire.

Je m’explique : le poids fluctue naturellement de 1kg à 1,5kg selon votre degré d’hydratation, le type d’aliments ingérés, l’exercice physique accompli, selon qu’il fait froid ou chaud, que vous ayez été stressée ou soyez relaxée, ou encore selon les périodes du cycle féminin. Le poids corporel évolue donc substantiellement non seulement d’un jour à l’autre mais aussi au cours d’une même journée. De cette façon votre balance ne vous révèle que très rarement votre poids réel. En fait, estimer son poids revient à essayer de déterminer l’état moyen d’un système fluctuant, et le mieux dans ce cas n’est pas de restreindre mais d’augmenter le nombre de mesures ! Statistiquement, il nous faut 14 mesures prises dans les mêmes conditions (tous les matins à jeun par exemple) pour obtenir une moyenne fiable à 90 % à 350g près. Du coup, si l’on considère qu’un rééquilibrage alimentaire bien conduit permet rarement de perdre plus de 500g en 7 jours, cette variation peut facilement passer sous les radars d’une pesée hebdomadaire. Il faut donc à mon sens la traquer pour que vous voyez que vos efforts comptent.

Quelles sont vos qualifications ?

Je ne peux vous faire la liste exacte de mes connaissances sur le sujet mais j’ai énormément appris en perdant du poids, en travaillant sur moi (en thérapie et en faisant du développement personnel), et en lisant beaucoup d’ouvrages de nutrition et autour de la psychologie de la nutrition. J’ai également beaucoup appris en aidant des amies à perdre du poids à leur tour. Je n’ai pas de certification mais je sais que je peux aider bon nombre d’entre vous. Sachez aussi que je serai toujours transparente et honnête avec vous : si votre cas est hors de ma compétence (métabolisme basal déréglé, TCA, maladies chroniques…), ou qu’il sera difficile pour vous de travailler avec ma « méthode » (beaucoup de déplacements professionnels par exemple), je vous le dirai et je ne vous prendrai pas ! Je n’accepterai pas de vous accompagner si je ne peux pas vous aider. C’est aussi la raison pour laquelle je fais un bilan préalable gratuitement afin de vous connaître un peu mieux et savoir ce que l’on pourra faire ensemble 🙂

Pourquoi votre accompagnement est-il si cher ?

Tout d’abord, chaque meal plan étant fait sur mesure, cela représente 2h de travail environ pour son élaboration avec la liste des courses par semaine. A cela s’ajoute 1h de coaching hebdomadaire par téléphone, le tout sur 25 semaines, ce qui nous fait un total de 75h environ (voire plus car je suis plutôt perfectionniste).

Si l’on divise 1500€ par 75h, cela nous donne 20€ de l’heure auxquels il faut retirer 20% de TVA car j’y suis assujettie. Il reste donc 16€ et ce, sans tenir compte des charges.

J’ai décidé de fonctionner comme ça dans un premier temps car chaque personne a une définition différente de ce qu’est une bonne alimentation pour elle. Et c’est normal, nous sommes tous uniques. J’espère pouvoir faire évoluer mon offre dans le futur mais pour l’instant, ceci me paraît être la meilleure façon d’obtenir des résultats. Et je le rappelle : il ne s’agit pas ici d’un simple régime mais d’une transformation 😉

Vous avez une question ?

Envoyez-moi un email à audrey@byebyelegras.fr !